FRANCIS BANGUET
graphiste illustrateur
Centre Culturel La Ricamarie

Visuel réalisé pour le programme 2015/2016 du Centre Culturel La Ricamarie

Historique du Centre Culturel La Ricamarie

Né en 1968 d’une volonté municipale, le Centre Culturel de La Ricamarie trouve sa forme actuelle en 1972 avec la création d’une association loi 1901. Sa vocation est, dans le contexte d’alors, d’apporter une animation culturelle à la ville, tout en étant partenaire ou prestataire, d’associations locales à vocation sociale ou culturelle. En 1981, la ville se dote de la Salle Louis Daquin, d’une capacité de 500 places. En 1990, l’arrivée d’un nouveau directeur, toujours en poste, modifiera l’orientation qui prévalait jusqu’alors tout en respectant les rythmes et les personnes qui administraient ce lieu.

Dès 1991, se met en place une saison culturelle annuelle qui n’existait pas. Ce programme sera annoncé et maintenu. Entre 1996 et 1999, le budget est doublé, le nombre de spectateurs est multiplié par 2 en 3 ans. En 2006, le Centre Culturel de La Ricamarie devient « Scène Régionale » et, en 2007, « Scène Départementale ».

Aujourd’hui, la ville de La Ricamarie vient de donner un ambitieux coup de jeune à la salle Louis Daquin. Avec un équipement scénique totalement refait, un accueil du public et des compagnies nettement amélioré, des locaux administratifs du Centre Culturel intégrés à la salle, des moyens techniques importants viennent d’être donnés à la saison culturelle Ricamandoise. C’est dans ce contexte que des actions culturelles nombreuses voient le jour chaque année en lien avec des partenaires associatifs ou scolaires.

Le pari d’un lieu de création et de diffusion

La conception d’une politique culturelle à la Ricamarie prend toute sa place dans la découverte de la diversité des expressions artistiques contemporaines. Tout en prenant garde de ne pas se couper du public, il nous faut à la fois présenter des œuvres du répertoire, des œuvres contemporaines, tout en suscitant la curiosité du public pour des approches différentes et des regards artistiques innovants.

Ieto

En ce sens, la programmation se veut « provocante », non pas dans le sens de choquer et de repousser, mais plutôt dans le sens de l’interpellation. Elle questionne le public sur des approches nouvelles et sur des démarches artistiques favorisant une relecture des œuvres du répertoire tout en participant à une relation avec le public différente.

Murmures